KAYA

K∆y∆• / 24 / Seoul
Sometimes I write.

- March 12 -

“It was kind of unfortunate that I fell in love in Paris with a guy I dated and broke up with in Seoul.”

link

- February 19 -

“J’avais préparé mon discours pendant des jours, habitué mon coeur à l’aridité de l’inaffection. Tout était calculé pour que le rejet soit méticuleux, réfléchi, précis. Puis il m’a attaqué avec sa tendresse et ma résistance, déjà de bien mauvaise facture, a fondu.”

link

- February 14 -

작은 건 중요한 것이다
The small things matter
Les petites choses comptent


link

- January 30 -

Aime-moi fort tant que je le vaux encore.
Pour que lorsque le dégoût arrive, lorsque la disgrace se sera emparé de mon corps adorable, entre nous ne s’installent pas les regrets lancinants.
Aime-moi bien tant que je le mérite.
Pour que, quand la vie m’aura érodé l’esprit et l’affection, tu puisses te rappeler ce temps où nous étions naïfs.
Aime-moi vite pour que le manège ne s’arrête pas le temps que le tour durera.               

                                                         
Aime-moi maintenant, demain tu me détesteras sûrement.


link

A et à propos des jeunes de ma génération (et des autres).

- January 12 -

Aujourd’hui, on use du cynisme comme on porterait une rolex, pour se donner de l’importance. L’humour noir est devenu l’objet à la mode qu’il rend bien d’avoir sur soi. Ca fait rire les copains, ça fait se sentir indispensable quand la hiérarchie nous martèle le contraire, ça conforte dans cet idéal qu’on est peut-être pas si con.

Mais sombres merdes que vous êtes, vous n’avez rien compris. Vous brandissez cet étendard de la révolte, vous vous dites anarchistes ou antisystème sans avoir aucune idée de ce que cela représente. Vous suivez des leaders d’opinion qui n’en ont pas forcément, et vous opposez à ceux qui en ont parfois. Juste pour dire que vous êtes contre, que tout va mal, que c’est mieux ailleurs. Juste pour dire que vous existez.

A taper pour taper, vous rentrez dans le groupe de ceux qui appauvrissent la réflexion, darwinisme vers le bas. Oui, quand je vous regarde ou que je vous lis, j’ai l’impression de voir l’humanité régresser à l’état simiesque. Je vous vois vous agiter, visages rouges et bras en l’air, sifflant des suites de mots sans valeurs. Drôle de spectacle. C’est à celui qui criera le plus fort, celui qui humiliera le plus vite… celui qui rassemblera le plus à défaut de rassembler au mieux.

Mais non, ne confondez pas cynisme avec méchanceté et anticonformisme avec lynchage public. Insulter n’est pas échanger. Se plaindre n’est pas agir. 


Par pitié, ouvrez un dictionnaire avant d’ouvrir vos pensées.
Et aimez qui vous êtes avant de détester les autres, bordel. 

4 notes link

- November 12 -

If I am happy? Well, what can i answer to that.
What does that even mean? You and your stupid questions.

No, of course I’m not a 100% happy. Sometimes, I miss my family, my friends or my cat. Sometimes, I ask myself if the guy sleeping next to me will be my poison or my medicine. From times to times, I get anxious about my future, my work, my expenses or about what I’m gonna wear at this fancy party the next weekend. I still shout at people when I’m angry and I still hug others when I’m drunk. I get frustrated when friends don’t call me out and annoyed when they do.

But you know, I’ve never felt more alive.
So.. completely happy? Hell, I don’t know.
But I’m the closest I’ve ever been.

1 note link

- November 11 -

Il y a les premières fois: un vinyl bar jusque tard dans la nuit, de la sangria, un burrito Taco Bell à cinq heures du matin, mon lit couvert de ballons, un gâteau à la rose, un piercing.  Et puis il y a les plaisirs usuels: un apéritif à la française, rillettes et vin blanc à la maison, des photos par milliers, un tournée des bars et restaurants familiers, des messages en toutes les langues venus des quatre coins du monde et les amis, toujours présents après 24 ans.  Finalement, à Paris, à Londres ou à Séoul, c’est tout pareil. Merci.

Il y a les premières fois: un vinyl bar jusque tard dans la nuit, de la sangria, un burrito Taco Bell à cinq heures du matin, mon lit couvert de ballons, un gâteau à la rose, un piercing.
Et puis il y a les plaisirs usuels: un apéritif à la française, rillettes et vin blanc à la maison, des photos par milliers, un tournée des bars et restaurants familiers, des messages en toutes les langues venus des quatre coins du monde et les amis, toujours présents après 24 ans.
Finalement, à Paris, à Londres ou à Séoul, c’est tout pareil.
Merci.

link

- September 17 -

“- 뭐예요?
- 아무것도 아니야. 그냥.. 넌.. 잘 생겼다.
- 알아요. 누나 사랑하거든요.”

link

- August 18 -

“Il m’a demandé si ça allait, je lui ai répondu que j’étais triste. Que quand j’étais trop heureuse, à un moment, je devenais triste.
Il a dit que c’était stupide en riant. Ça m’a fait sourire.
Il avait raison.”

link

- July 1 -

“Je suis jeune mais le temps s’enfuit et je perds le contrôle.”

link

- June 27 -

“You can’t be free of people’s attention. You can just change your attitude about it.
Be confident and smile a lot.”

1 note link

- June 19 -

Photoshoot day. 기분이 좋다.

Photoshoot day. 기분이 좋다.

link

- May 7 -

“No K, you don’t know how to love. You… you only look for yourself in others. God! The only person you want to be in a relationship with is you!”
He was so fucking right I felt my heart crack.
“That’s sick K…”

link

- February 28 -

“I know now that it’s not needy to actually have you be a part of my life rather than someone that gets updates on it.”

link
older
Playlist Archives RSS